Aller au contenu principal

Budget

Budget : Maîtrise et attractivité

Le budget de la Ville a été adopté le 9 avril 2019. Les efforts de gestion des années précédentes portent leurs fruits et permettent
de rendre du pouvoir d’achat aux Tullistes tout en proposant un programme d’investissement ambitieux. Rencontre avec Alain Lagarde, adjoint au maire en charge des finances.

Comment avez-vous abordé l’élaboration du budget ?

La construction du budget 2019 s’inscrit dans un contexte tendu et incertain. Tendu par les baisses de dotations aux collectivités et la modération de nos dépenses à venir préconisée par le gouvernement. Incertain quant à la stabilité de la Dotation Globale de Fonctionnement et les menaces qui pèsent sur la continuité des dotations de soutien à l’investissement.

A cela s’ajoute la réforme de la taxe d’habitation sur laquelle planent des incertitudes quant aux compensations pour nos collectivités. Nous avons donc eu à résoudre une équation complexe entre objectifs et contraintes liées à la fiscalité et à l’évolution des recettes provenant de l’Etat.

 

La gestion rigoureuse que vous menez depuis 2014 a porté ses fruits. 

 

Un travail important de maîtrise des dépenses a été mené par les élus et les services. Aussi, nous avons tenu notre engagement
de désendetter d’au moins 6 millions sur la durée du mandat ; cet objectif est déjà atteint et pour la première fois depuis 50 ans, nous n’avons pas eu recours à l’emprunt en 2018. En 2019, il devrait se situer à hauteur de 1,6 million d’euros et le désendettement se poursuivra à hauteur de 400 000€. Cette situation financière assainie nous permet d’envisager l’avenir plus sereinement.

 

Vous avez choisi de faire en sorte que les Tullistes puissent bénéficier de ces efforts de gestion.

 

 

Un signe fort concernera la baisse de la taxe sur le foncier bâti. La loi de finances mentionne une hausse des valeurs locatives
de 2,2% ; c’est beaucoup plus que d’habitude. Pour que les Tullistes n’aient pas à supporter cette augmentation fixée par l’Etat, la majorité municipale annule son effet en baissant le taux communal de 2,2 %. Il passera donc de 28,88% à 28,24%. C’est un effort nécessaire vu les contraintes qui pèsent, par l’impôt, sur les ménages, mais aussi parce qu’il en va de l’attractivité de la Ville.

 

Quelles sont les priorités de ce budget ?

 

Nous maintenons les objectifs sur lesquels nous nous sommes engagés : la poursuite du désendettement, la maîtrise de la pression fiscale et des dépenses de fonctionnement tout en assurant un service de proximité et de qualité et un niveau d’investissement ambitieux. Dans ce cadre, le budget de fonctionnement s’équilibre à hauteur de 20,4 millions d’euros.

 

 

En termes d’investissement ?

 

La section d’investissement s’équilibre à hauteur de 8,2 millions d’euros. Les dépenses d’équipement sont estimées à 5,72 millions d’euros dont 4,16 millions d’inscriptions nouvelles parmi lesquelles l’aménagement du quai Continsouza (1 million d’euros) et des abords du pôle universitaire (560 000€), la mise en accessibilité de la mairie (528 000€) et la poursuite des travaux de sécurisation des abords des sites scolaires (100 000€).